Niveau de protection

Le manque de masques de protection contre le coronavirus inquiète les professionnels de la santé comme le public. À juste titre. De nombreuses solutions pour pallier cette pénurie sont proposées sur les réseaux sociaux, incitant les particuliers à confectionner leurs propres masques. La fabrication d’ersatz en tissu a même été encouragée par certains hôpitaux, mais l’efficacité préventive de ces solutions de substitution artisanales est controversée.

L’effet filtrant et protecteur des masques artisanaux en tissu dépend de la qualité d’exécution comme de celle de l’étoffe ou des autres matières utilisées. La façon dont les masques sont ensuite manipulés et ajustés joue aussi un rôle important. Mal bricolés ou mal portés, ils pourraient donner à leurs usagers une fausse impression de sécurité, et, par conséquent, les exposer à des comportements à risque.

Un défaut inhérent aux masques chirurgicaux (ou aux copies artisanales de papier ou de tissu qui s’en inspirent) est de laisser de l’air entrer et fuir sur tout son pourtour. Or, cet air n’est pas filtré, donc susceptible de véhiculer des particules infectées.

Le masque mascovid19 réduit considérablement les échanges d’air non filtré. Sa forme individualisée, moulée sur le visage de ses usagers, limite les intrusions et les échappements de microbes.

Caractéristiques de mascovid19 :

> Retour à l’accueil