Mode de fabrication détaillé

Avant de commencer, dites-vous que votre bricolage va s’étaler sur 2 à 3 jours.
Non parce que les manipulations prennent beaucoup de temps, mais en raison des délais de séchage (papier mâché, couches de peinture, retouches diverses).

Prévoyez une place au soleil ou sur un radiateur pour raccourcir ces intervalles.
Quelques heures d’attente sont à intégrer à votre planning.

Découpe de l’embout de plastique

Choisissez deux bouteilles (ou flacons ou pots) de plastique à capsule à vis et large ouverture. (Ici, bouteille de lait)
(Conseils pour le meilleur choix)

Commencez par découper les flacons (ou autres récipients en plastique) juste en dessous du pas de vis du bouchon

Armature de fil de fer

Coupez un bout de fil de fer robuste d’environ 80 cm de long. Tordez-le pour former 6 boucles (4 petites et 2 grandes) dans l’ordre et aux distances suivantes :

Pliez le bout de fil de fer en deux de manière à vous assurer que l’emplacement, la taille et l’orientation des boucles sont à peu près symétriques.

A une distance des boucles extérieures d’environ 7,5 cm de chaque côté, croisez, puis réunissez les deux bouts en formant une torsade lâche avec un des fils, dans laquelle l’autre peut facilement coulisser.

Écartez les deux brins et formez un ovale à peu près symétrique (les embouts découpés peuvent rester à leur place, retenus dans les grandes boucles latérales, comme à gauche). Formez une pointe arrondie à distance égale des deux boucles du haut sur la photo, comme à droite.

Boucles tournées vers l’extérieur ou sur le côté, modelez le pourtour de fil de fer à la forme de votre visage.
> Voir les recommandations pour l’ajustement

Treillis

Posez l’armature modelée sur une table, boucles contre vous. Sans la déformer, inclinez les boucles latérales (de préférences munies des embouts découpés) dans la position ci-dessus, c’est-à-dire légèrement vers le bas et vers l’arrière (ici, côté plan de travail).
Puis, commencez à tresser un treillis lâche par-dessus l’armature et ses grandes boucles latérales. Laissez les petites boucles de côté.
Croisez d’abord un fil reliant le haut des deux grandes boucles avec un autre qui va du haut au bas de l’armature. Au besoin, pratiquez quelqiues trous dans le plastique pour mieux amarrer les fils. Ne les tendez pas entre leurs points d’accroche, mais faites-leur décrire deux courbes qui se rejoignent au sommet, comme deux arcs d’une voûte.

Poursuivez le maillage en forme de voûte. Coupez de longs brins et entrelacez-les aux fils d’origine et aux côtés de l’armature en effectuant quelques torsades à chaque croisement. Travaillez le plus symétriquement possible. Ne tendez pas les fils, mais donnez-leur une forme arrondie qui suit la courbe de la voûte.
Laissez aux mailles du treillis assez de latitude et de souplesse pour être remodelées et étirées. L’ensemble doit garder une forme convexe qui deviendra la coque de votre masque.

Même si, à ce stade, votre œuvre ressemble  à une vilaine muselière, essayez-la. Non sans avoir auparavant coupé ou aplati les petits bouts de fils qui dépassent).
Vous pourrez ainsi rectifier la forme de l’armature et contrôler que le treillis que vous avez tressé soit à une distance confortable de votre nez et de votre bouche. Seul le pourtour du losange devrait toucher la peau.

Coque en papier mâché

Préparez la colle à papier à mâcher

Délayer 3 cuillerées à soupe de farine dans environ 500 ml d’eau et portez à ébullition en remuant au fouet.
Laisser cuire quelques minutes, toujours en fouettant, jusqu’à obtention d’un gel épais.
Laisser tiédir.

La colle se conserve 1 à 2 jours, au-delà
desquels il vaut mieux en préparer de nouveau fraîchement.

Pendant que la colle tiédit, déchirez quelques feuilles de papier en petits morceaux.

Recouvrez l’extérieur de la coque d’une couche de papier journal trempé dans la colle, puis contre-collez cette couche avec une couche intérieure. Tapissez les parties arrondies ou planes avec des morceaux plus grands. Utilisez les plus petits pour les angles et les retours (petites bandes à coller à moitié sur une face et à moitié sur l’autre, en les pliant sur le fil de fer du pourtour). Ne collez rien sur le pas de vis des cols de plastique, ni sur les petites boucles.

Laissez sécher (2 – 3 heures au soleil ou sur un radiateur)

Trempez généreusement des morceaux de papier ménage dans la colle, puis roulez-les en petits boudins (0,5 à 1 cm de large). Déposez ces rouleaux sur le pourtour du masque.

Formez une bordure continue, légèrement inclinée vers l’intérieur

Recouvrez la bordure malléable d’une suite de bandes de papier ménage passant d’une face à l’autre du masque. Compressez légèrement le coussinet en maintenant son inclinaison vers l’intérieur. 

Quand toute la bordure est revêtue d’une couche de papier ménage qui la tient bien en place, plaquez le masque humide sur votre visage et appuyez délicatement pour qu’il en épouse la forme sur tout son pourtour. Au besoin, colmatez les creux avec l’épaisseur nécessaire de papier encollé.

Laissez sécher le masque sur un support qui évite qu’il ne se déforme. En cours de séchage, peaufinez encore l’ajustement du masque en l’essayant, car le papier peut se rétracter.

Peinture

Lorsque vous aurez terminé vos retouches et que le masque sera tout à fait sec, peignez-le.

Après avoir emballé les bouchons d’une protection contre la peinture (papier adhésif, film plastique, papier d’alu ou autre), revissez-les sur les orifices du masque pour protéger les pas de vis, puis appliquez sur les deux faces du masque une à 3 couches de peinture (spray ou pinceau).

Si votre peinture est mate ou poreuse, il faudra y ajouter une couche de laque ou de vernis pour la rendre lisse et imperméable.

Si l’application de peinture révèle des trous, des creux ou autres imperfections, rien ne vous empêche de recoller des morceaux ou des coussinets de papier pour égaliser la surface, puis de repeindre par-dessus. Mais ne soyez pas trop exigeant. Même bosselé, le masque remplira son office.

En revanche, il est important de l’essayer à nouveau après séchage complet dans un endroit bien ventilé..
> Voir les essais d’étanchéité et de confort

Découpe des bouchons

Taillez les bouchons de plastique au cutter. Assez largement pour laisser passer un maximum d’air, mais en préservant un rebord de quelques mm qui maintienne les filtres en place

La découpe doit garder un rebord tout autour du bouchon pour que le tour de l’embout ne soit pas découvert.

Si l’intérieur du bouchon est renforcé d’un anneau qui s’emboîte à l’embout du flacon, taillez votre ouverture en suivant le bord intérieur du renfort de plastique. Cet anneau en relief servira de joint.

Revissez le bouchon et rognez les irrégularités mais sans trop entailler le rebord. La découpe ne doit pas décoiffer le pourtour supérieur de l’embout.

Confection des filtres

Les filtres peuvent être découpés dans diverses matières (papiers ou membranes fibreuses servant de filtre à air).
> Voir filtres

Pour tracer la circonférence du filtre, utilisez le bouchon comme pochoir.

Mais pour découper les rondelles aux ciseaux, prévoyez 1-2 mm de marge au-delà du marquage tracé avec le bouchon.

Par la suite, pour découper des séries de rondelles filtrantes, fabriquez-vous un pochoir qui tienne compte de ce diamètre élargi.

Positionnement des filtres

Une fois les filtres en place, testez leur efficacité. Celle-ci ne doit pas gêner votre respiration, qui doit rester aisée et naturelle.

Dernière étape : fixer les attaches

Les 4 petites boucles sur les côtés du masque vous permettent de le tenir en place au moyen d’attaches ou d’élastiques. Vous avez le choix entre trois méthodes, selon vos préférences et le matériel dont vous disposez :

Portez-le, vous serez protégés ! … Sans oublier, toutefois,
> les consignes d’entretien et de désinfection.

N’oubliez pas non plus de laisser libre cours à votre créativité et votre fantaisie !